LA PANTHÈRE DES NEIGES de SYLVAIN TESSON

Quand la littérature plaide pour la cause que nous défendons ! Un puissant hommage à la nature sauvage, une fine analyse de l’emprise de l’homme sur l’environnement

Tous les acteurs qui agissent pour la cause environnementale, qu’ils soient simple citoyen, citoyen plus engagé, politique, réalisateur, philosophe, écrivain… doivent unir leurs forces pour tracer un nouveau chemin. Eclairés par les analyses, les constats, les idées, les visions, les témoignages divers et variés de chacun, on avance.


L’humain a le privilège du puissant pouvoir des mots pour communiquer avec ses semblables. Certains, comme Sylvain Tesson, le maîtrisent magistralement. D’autres s’expriment sur le terrain par la mise en œuvre d’actions concrètes. Chacun apporte sa petite pierre avec ses compétences, son expérience et sa sensibilité propre.


Vincent Munier, photographe animalier invite Sylvain Tesson écrivain voyageur, à l’accompagner sur les hauts plateaux du Tibet pour tenter d’apercevoir la bête mythique et menacée qu’il traque depuis plusieurs années : la panthère des neiges.


Ce félin est si rare et si discret qu’on le surnomme « fantôme des montagnes ». Il vit dans les régions les plus inaccessibles. Aujourd’hui l’espèce est en péril dans les 12 pays où il est présent.

« Munier m’avait montré les photographies de ses séjours précédents. La bête mariait la puissance et la grâce. Les reflets électrisaient son pelage, ses pattes s’élargissaient en soucoupes, la queue surdimensionnée servait de balancier. Elle s’était adaptée pour peupler des endroits invivables et grimper les falaises. C’était l’esprit de la montagne descendu en visite sur Terre, une vieille occupante que la rage humaine avait fait refluer dans les périphéries. » (S. Tesson)